Articles rédigés pour Herbiolys

Un souffle de fraîcheur : des astuces naturelles pour déboucher le nez

Voici un florilège d'astuces naturelles pour déboucher le nez cet hiver ! 
Adoptez des gestes simples pour prévenir les rhumes et apprenez à soulager la sinusite avec des remèdes de phytothérapie.

.

Claire pour Herbulathêkê, le 12.12.23

Prévenir et accompagner les infections urinaires de manière naturelle

Cet article détaille les mécanismes du système urinaire, les causes des infections, et propose des approches à base de plantes pour éliminer les bactéries, calmer les tissus lésés, et renforcer le système immunitaire. Adoptez également des habitudes quotidiennes saines pour maintenir une bonne santé urinaire. Consultez toujours un professionnel de la santé si les symptômes persistent!

.

Claire pour Herbulathêkê, le 01.12.23

Les plantes médicinales du capitulaire de Villis : une plongée dans la phytothérapie médiévale

Le Capitulaire de Villis, un document du VIIIe siècle commandé par Charlemagne, révèle une liste de 73 herbes et 16 arbres. Il y figure des espèces potagères, des condiments, des plantes médicinales, tous reconnus pour leurs vertus thérapeutiques et/ou alimentaires. Bien que certaines ne soient plus utilisées, d'autres continuent d'influencer la médecine moderne.

.

Claire pour Herbulathêkê, le 21.11.23

Solutions naturelles pour préparer l’accouchement et l’allaitement

Dans cet article j'aborde l'utilisation de plantes pour soutenir l'accouchement et l'allaitement. Historiquement liées aux femmes, ces connaissances sont encore pertinentes. Massages et bains de siège peuvent préparer le corps. En interne gemmothérapie et tisanes facilitent cette période. Les émotions sont aussi abordées avec des élixirs floraux. Toutefois, ces conseils complètent les soins médicaux et ne remplacent pas la consultation professionnelle. 

.

Claire pour Herbulathêkê, le 25.08.23

Les plantes d’une grossesse harmonieuse

Découvrez comment améliorer la fertilité et la libido avec la phytothérapie. L'article aborde la différence entre fertilité et fécondité et offre des conseils pour hommes et femmes. Des plantes aphrodisiaques, huiles essentielles et astuces pour la libido sont présentées, ainsi que des pratiques pour optimiser la fertilité. Sans oublier l'importance d'un mode de vie sain et d'une hygiène adéquate ! 

.

Claire pour Herbulathêkê, le 14.08.23

Fertilité et libido : prêter main-forte grâce à la phytothérapie

Découvrez comment améliorer la fertilité et la libido avec la phytothérapie. L'article aborde la différence entre fertilité et fécondité et offre des conseils pour hommes et femmes. Des plantes aphrodisiaques, huiles essentielles et astuces pour la libido sont présentées, ainsi que des pratiques pour optimiser la fertilité. Sans oublier l'importance d'un mode de vie sain et d'une hygiène adéquate ! 

.

Claire pour Herbulathêkê, le 18.07.23

Mieux vivre le Big Bang de l'adolescence

La période tumultueuse de l'adolescence est marquée par des changements hormonaux et physiques. Comment accompagner les jeunes filles dans la mise en place des menstruations, comment accompagner l'acné des adolescents?  La phytothérapie et la gemmothérapie peuvent être intéressantes, de même que les fleurs de Bach et les huiles essentielles.
.
Découvrez des solutions naturelles dans cet article! 

.

Claire pour Herbulathêkê, le 12.05.23

La petite pervenche - Vinca minor

La petite pervenche est une plante herbacée commune dans les sous-bois et les haies. Elle appartient à la famille des Apocynacées.
.
Son nom Vinca provient soit du latin vincere (triompher) en référence à ses vertus médicinales, soit du latin vincire (lier, attacher) en référence à sa capacité à s’étendre. 
.
La petite pervenche est connue pour ses propriétés bénéfiques pour la circulation cérébrale et son utilisation pourrait se développer avec l'augmentation du nombre de personnes souffrant de maladies neurodégénératives. Elle est facile à cultiver et ne subit aucune pression écologique. 
.
Vous trouverez dans cet article quelques exemples d'utilisation.

.

Claire pour Herbulathêkê, le 19.03.23

Comprendre l’anémie et prévenir les carences nutritionnelles grâce aux plantes

L'anémie est une baisse anormale du taux d'hémoglobine dans le sang, souvent associée à une carence en fer. Cependant, d'autres éléments tels que la vitamine B12 et la vitamine B9 sont également nécessaires pour la production de globules rouges. 
.
Le monde végétal peut fournir des solutions préventives à travers l'alimentation et la phytothérapie pour les formes d'anémie provoquées par des carences nutritionnelles. 
.
Découvrez les bons réflexes avec cet article! 

.

Claire pour Herbulathêkê, le 19.03.23

Accompagner la désaccoutumance avec les plantes

Sucre, tabac, alcool, médicaments, paris en ligne, jeux vidéos, réseaux sociaux ou encore le sport, tous peuvent nous rendre accro. 
.

Vous pensez glisser sur la mauvaise pente ? Découvrez ma proposition d'accompagnement! Élixirs floraux, valériane , rhodiole, ortie,  bourgeon de tilleul et de figuier vous soutiendront sur le chemin du rétablissement.

.

Claire pour Herbulathêkê, le 14.02.23

La bruyère commune - Calluna vulgaris

Le terme bruyère regroupe plus de 800 espèces. Sous ce nom, nous retrouverons principalement deux différents genres de la famille des Ericacées : Erica et Calluna.

.

Bruyère commune, callune, béruée, fausse bruyère, pétérolle, breuvée ou encore bucane et grosse brande, l’espèce 𝘊𝘢𝘭𝘭𝘶𝘯𝘢 𝘷𝘶𝘭𝘨𝘢𝘳𝘪𝘴 ne manque pas de noms vernaculaires !

.

Médicinale, ornementale ou tinctoriale, avec un jaune bronze pour les jeunes pousses et jaune mordoré pour les fleurs, la bruyère commune est populaire avec des applications très éloignées les unes des autres.

.

Claire pour Herbulathêkê, le 08.01.23

Les plantes compagnes de nos folles soirées

En hiver, notre alimentation s'intensifie. Le froid augmente les dépenses caloriques, nécessitant plus de graisse sous-cutanée. Les journées courtes et faiblement lumineuses nous attirent vers des repas réconfortants. Les plats hivernaux sont généreux et festifs, souvent accompagnés d'alcool. Les plantes sont des alliées essentielles pour prévenir et traiter les excès durant ces périodes.


Claire pour Herbulathêkê, le 22.12.22

La famille des Papavéracées

Connaissez-vous cette statuette datant de la fin de la civilisation antique minoenne qui porte une couronne de capsules de pavots, et qui symbolise la santé et la fécondité ? Ou peut-être le mythe de Demeter, la Mère de la Terre, déesse des cultures et des moissons, qui adoucira sa peine en buvant le suc d’un pavot lorsqu’Hadès, dieu des Enfers, lui enleva sa fille Perséphone ? Et celui de Morphée, dieu des songes, qui nous touche la tête chaque soir avec ses pavots pour nous endormir ? Avec leurs nombreuses graines et leurs alcaloïdes psychoactifs, les plantes de la famille des papaveracées accompagnent l’Homme depuis des millénaires.


Claire pour Herbulathêkê, le 29.11.22

L’importance de la convalescence

Le mot convalescence provient du verbe latin convalescere qui se traduit par « prendre des forces, croître, grandir ». La convalescence décrit la période transitoire pendant laquelle, après une maladie, un accident, une opération de chirurgie, notre organisme se répare. A ce moment, nous ressentons de la fatigue. C’est seulement au terme de cette convalescence que nous pouvons parler de guérison. Or, bien souvent, nous parlons de guérison dès la disparition des symptômes, sans laisser le temps au corps de se rétablir.

Pourquoi cette période est si importante ? Comment l’accompagner avec les plantes ? C’est ce que nous allons voir.


Claire pour Herbulathêkê, le 29.11.22

Les composés qui soignent

Contrairement à la médecine allopathique dans laquelle des composés sont isolés, la phytothérapie utilise la plante entière. Cela permet de bénéficier du totum, c’est-à-dire de l’ensemble des composés présents. L’étude de chaque composé de ce totum ne permet pas, le plus souvent, de comprendre le mode d’action ni d’expliquer l’efficacité des remèdes traditionnels. Cependant, pour certaines plantes, il arrive que les scientifiques mettent en évidence un effet précis. Voici quatre exemples de composés qui permettent d’expliquer en partie les bienfaits des plantes dans lesquelles ils se trouvent. 


Claire pour Herbulathêkê, le 17.10.22

Le genre origanum

Provenant de deux mots grecs oreos, montagne et ganos, beauté ou éclat, le terme origanum peut se traduire par « splendeur de la montagne ».

Ce genre est composé d’un peu moins de 50 espèces qui sont réparties principalement dans le bassin méditerranéen.  Elles affectionnent les terrains rocheux, calcaires, secs et bien ensoleillés. A l’état sauvage en France nous pouvons trouver origanum vulgare, l’origan commun. Au jardin origanum majorana, la marjolaine, se cultive et agrémente nos recettes de cuisine. Anti-infectieuse puissante, l’huile essentielle d’origanum compactum, l’origan compact, trouvera sa place dans la trousse à pharmacie.

De la famille des lamiacées, les espèces de ce genre produisent des essences responsables de leurs propriétés aromatiques et médicinales.


Claire pour Herbulathêkê, le 03.10.22

Migraines menstruelles, comment les accompagner avec la phytothérapie ?

La migraine est une maladie neurologique qui touche environ 15% des adultes, le plus souvent entre 30 et 40 ans. Cela concernerait 10% d’hommes et 20% de femmes. Pour une partie de ces dernières, le facteur déclenchant le plus puissant est le cycle hormonal. Ce sont des migraines menstruelles appelées aussi migraines cataméniales.

Quels sont les symptômes et les facteurs déclenchants ? Quels mécanismes entrent en jeu ? C’est en répondant à ces questions qu’il sera possible de proposer un accompagnement adapté en phytothérapie.


Claire pour Herbulathêkê, le 03.10.22

Les plantes médicinales dans la mythologie grecque

Contes, légendes et mythes se sont développés dans toutes les civilisations à des époques où la médecine se confondait avec les croyances religieuses et la magie. Au travers de la mythologie, l’imagination permet de donner du sens à l’invisible et à l’inexplicable. Nous retrouvons dans ces récits non seulement l’usage de plantes médicinales, mais également des termes de notre vocabulaire contemporain ainsi que des pratiques traditionnelles.

Dans la Grèce antique, 700 ans avant Jésus Christ, Hésiode écrit la Théogonie, ouvrage fondateur de toute la mythologie grecque. Ce récit raconte la création du monde et la naissance des dieux, et avec eux, les premières médecines végétales.

Claire pour Herbulathêkê, le 01.09.22

Les Astéracées nous soignent et nous nourrissent

« Que ton alimentation soit ta première médecine ».

Même si aujourd’hui la paternité et la véracité de cet adage sont contestées, nous connaissons tous la plus célèbre des recommandations d’Hippocrate. Si les plantes nous soignent, elles constituent aussi la base de notre alimentation. D’après l’Organisation des Nations Unies, les végétaux représentent 80% des aliments que nous consommons. Saviez-vous que de nombreuses espèces de plantes ont une place aussi bien en cuisine qu’en phytothérapie ?

Claire pour Herbulathêkê, le 18.08.22

La Saint-Jean : solstice d’été, traditions païennes, fête religieuse et magie blanche

C’est entre les 21 et 24 juin que les jours sont les plus longs dans l’hémisphère nord. Le soleil au zénith chauffe la terre de sa pleine puissance. Si cette période compte les journées les plus longues, elle compte aussi les nuits les plus courtes!

Comme de nombreuses fêtes, la Saint-Jean a des origines si lointaines qu’il est difficile de les cerner. Le solstice d’été était déjà célébré par les Romains et les Égyptiens de l’Antiquité.

Alors que la date du solstice évolue entre le 20 et le 22 juin, la fête Saint-Jean occupe la date fixe du 24 juin dans notre calendrier grégorien. De la fête païenne à notre fête de la musique, des siècles de traditions et de folklores ont accompagné cette phase solaire.

Claire pour Herbulathêkê, le 21.06.22

Retrouver son poids de forme après l’hiver

Pendant l'hiver, le froid et les journées plus courtes nous incitent à manger plus et à avoir une activité physique plus réduite. C’est ainsi que nous avons tendance à prendre quelques kilos.

Avec le printemps, nous nous délestons peu à peu de nos couches de vêtements, dévoilant de plus en plus notre corps. Les messages publicitaires trop souvent culpabilisants nous poussent alors à nous interroger : et si ce corps n’était pas assez mince ?

Effet de mode ou vrai problème de santé, où est la limite? Comment utiliser la phytothérapie dans le but de conserver ou d’atteindre notre poids de forme ?

Claire pour Herbulathêkê, le 26.05.22